Blog

Le business plan – Un passage obligé pour le créateur d’entreprise ?

Si vous êtes en train de monter votre entreprise, vous le savez, le travail ne manque pas. Dans la To Do list du futur chef d’entreprise, il y a un exercice dont vous avez certainement entendu parler et qui fait peur aux créateurs : c’est le business plan ! Considéré comme un passage obligé par les uns et comme une perte de temps pour les autres, le business plan donne lieu à de nombreux débats…

Mais en fait, qu’est-ce que c’est qu’un business plan ?

Le business plan (ou BP pour les initiés) est avant tout un travail de formalisation. Il vous force à fixer votre projet et à l’étudier sous tous les angles (même ceux que l’on n’a pas forcément envie de regarder en détails de peur de voir tout son projet remis en question).

On y retrouve une présentation de vous et de votre offre mais aussi des éléments qui requièrent un travail complémentaire de recherche et d’analyse comme :

  • Une étude de marché
  • Une analyse de la concurrence
  • Une présentation de votre stratégie
  • Vos projections financières

Ce sont ces éléments qui sont souvent les plus angoissants. Tout d’abord ils sont extrêmement chronophages – mener une étude de marché par exemple peut prendre des mois – et semblent très théoriques alors qu’en tant que créateur d’entreprise, vous n’avez surement qu’une seule envie: rentrer dans le concret.

Par ailleurs, faire son business plan c’est aussi se confronter aux limites de son projet. Des limites que vous n’avez peut-être pas vraiment envie de voir maintenant que vous avez décidé de vous lancer plein d’énergie dans la création de votre entreprise.

Le business plan, c’est pour qui ?

La rédaction d’un business plan est essentielle si pour créer votre activité vous avez besoin de financements externes (banques ou investisseurs).

Si ça n’est pas votre cas, il pourra aussi vous être demandé par vos fournisseurs et/ ou autres partenaires économiques (organismes d’accompagnement ou de certification pour les coachs par exemple).

Et pour les autres, ça sert à quelque chose ?

Le business plan n’est pas obligatoire si vous créez votre activité en autofinancement. Néanmoins, au-delà du document formel il donne une marche à suivre pour vous assurer de la viabilité de votre projet et représente une bonne façon d’identifier à priori les modifications à apporter pour ne pas faire d’erreur au démarrage.

  • Qui sont mes clients ? Est-ce qu’ils sont prêts à acheter mon produit ?
  • Quelle est la valeur ajoutée que je vais apporter à mes clients ?
  • Est-ce que mon business model est viable ? Est-ce que je vais pouvoir vivre décemment de mon activité ?
  • Qui sont mes concurrents ? Comment est-ce que je me positionne par rapport à eux et quels sont mes facteurs de différenciation

Au final, le format de restitution importe peu. Si vous n’avez pas besoin de présenter un business plan, rien ne vous empêche de réfléchir à ces questions et de garder pour vous une synthèse de vos travaux sous la forme qui vous convient.

Et en pratique? 5 conseils à retenir pour les créateurs :

Voici CINQ éléments à retenir si vous êtes en pleine démarche de business plan :

  • Le « Business Plan » ça n’est pas un fichier c’est une démarche : Ce qui compte ce n’est pas le business plan, c’est la réflexion que vous allez mener sur votre projet : Le business plan n’est qu’un fichier à remplir. Quand vous aurez fait tout le travail de recherche et d’analyse nécessaire à la création de votre boîte, le business plan s’il en faut un viendra de lui-même ;
  • Ne vivez pas BP : Ne passez pas plusieurs mois sur votre business plan sans sortir de chez vous. Pour réussir dans votre projet vous n’avez pas besoin que d’un BP alors ne négligez pas les autres aspects (recherche de fournisseurs, développement commercial au préalable…) Pour donner vie à votre projet et le faire progresser, il faut sortir et en parler autour de vous !
  • Les études de marché et de concurrence ne sont pas des exercices théoriques : Vous n’apprendrez jamais autant qu’en allant à la découverte de votre cible et de vos concurrents alors lorsque c’est possible partez à leur rencontre ! Trouvez, identifiez votre cible et parlez-lui pour mieux connaître ses besoins et ses attentes. Vous pourrez aussi en retirer des nouvelles idées pour votre business !
  • Ne sous-estimez pas les aspects financiers : Vous ne pourrez donner vie à votre projet que s’il dégage des flux financiers suffisants. Définissez scrupuleusement votre business model et le niveau de chiffre d’affaires qu’il vous faudra pour pouvoir vivre de votre activité. Déclinez-le en chiffre d’affaires par mois, par jour… Cela est-il réalisable ? Fixez vos tarifs en fonction du marché, de vos clients mais sans perdre de vue les coûts qui seront supportés par votre entreprise ;
  • Faites-vous aider : Lorsque vous bloquez sur un aspect, n’hésitez pas à vous faire aider par un professionnel de l’accompagnement. De nombreuses associations proposent de l’aide gratuitement pour leurs membres. Si vous avez besoin d’aider sur un sujet plus spécifique ou d’une aide plus soutenue vous pouvez aussi faire appel à une société de conseil et d’accompagnement.

Publier un commentaire